Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Clavier et style par Alpha et Oméga Nantes

La réforme de l'orthographe en 10 points

26 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d'union.
Exemples : vingt-et-un, deux-cents, trente-et-unième

Dans les noms composés du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans-abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.
Exemples : un compte-goutte, des compte-gouttes ; un après-midi, des après-midis

On emploie l'accent grave (plutôt que l'accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), et au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder.
Exemples : évènement, règlementaire, je cèderai, ils règleraient

L'accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif, et dans cinq cas d'ambigüité.
Exemples : cout ; entrainer, nous entrainons ; paraitre, il parait

Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent comme peler ou acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).
Exemples : j'amoncèle, amoncèlement, tu époussèteras

Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s'appliquent aux mots français.
Exemples : des matchs, des miss, révolver

La soudure s'impose dans un certain nombre de mots, en particulier dans les mots composés de contr(e)- et entr(e)-, dans les mots composés de extra-, infra-, intra-, ultra-, dans les mots composés avec des éléments " savants " et dans les onomatopées et dans les mots d'origine étrangère.
Exemples : contrappel, entretemps, extraterrestre, tictac, weekend, portemonnaie

Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s'écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu'un nom en -otte (comme botter, de botte).
Exemples : corole ; frisoter, frisotis

Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.
Exemples : aigüe, ambigüe ; ambigüité ; argüer

Enfin, certaines anomalies sont supprimées.
Exemples : asséner, assoir, charriot, joailler, relai

 


Je rappelle que cette réforme, non seulement est loin d'être entrée en vigueur, mais que de plus chacun est libre de l'appliquer ou pas...
Cependant, je me demande ce que cela donnerait sur une copie de bac ou de concours... personnellement, je n'oserai pas... Ce serait vraiment trop bête d'être sanctionné parce qu'on a été précurseur !

Source : http://www.orthographe-recommandee.info

 


Autres articles :

La réforme de l’orthographe : en avez-vous entendu parler ?
La réforme de l'orthographe vue par Pierre Perret
Quand, quant, qu’en
Homonymes et paronymes

Faire une bonne présentation : intérêt des slides

24 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Présentation Power Point

Nous sommes tous, un jour ou l’autre, amenés à faire une présentation de notre travail, d’un dossier…

Les systèmes de présentation ont beaucoup évolué avec des phénomènes de mode :

  • le paper-board ;
  • le transparent écrit à la main avec des feutres ;
  • le transparent photocopié et parfois coloré avec des films transparents de couleur…

J’ai même connu la diapositive avec écriture blanche sur fond noir ou marine dont on colorait le texte avec des petits bouts de films de couleur transparents déposés sur l’envers avec une pince… si, cela a existé… si, si, je vous assure…


Aujourd’hui, la plupart du temps, on travaille avec Power Point, et les transparents ont été remplacés par des " slides ". Merci Microsoft !

En fait " slide " signifie glisser en anglais. Alors un slide projector est un projecteur de diapositives. Vous allez me dire : mais pourquoi ne parle-t-on pas de diapositives et non de slides ?

La réponse est simple : si vous dites slide, vous êtes dans le vent, in, vous êtes un vrai geek !

Si vous dites diapo, vous êtes has been, out, vous n’êtes plus dans le coup, quoi !

Mais fondamentalement, vous parlez de la même chose !


Petit conseil : lorsque vous débarquez, ayez toujours un double de vos superbes présentations Power Point sur transparent… on ne sait jamais… ou plutôt si, on sait, là aussi la loi de Murphy dite " loi de l’emmerdement maximum " s’applique !


Mais tout cela, c’est l’évolution de la technologie. Mais les sacro-saints principes de base restent.


Vous faites une présentation parce que vous avez quelque chose à dire.

Quelque chose dont vous souhaitez que vos auditeurs gardent le souvenir… et si possible un souvenir précis… et surtout le bon.

Qu’ils se rappellent les idées brillantes que vous avez, pas qu’ils ont pris un mal de crâne à lire vos diapos slides.


Alors posez-vous la question qui choque :
Faut-il faire des diapos ou pas ? Et pourquoi les faire ? Simplement parce que cela se fait ? Ou parce que cela vous rassure ?


Mais, un bon orateur est capable de faire passer le message sans support visuel.

Enfin peut-être pas tous les types de messages. Notamment, pour les messages techniques, un bon schéma vaut parfois mieux qu’un long discours.


Ceci pour dire que votre visuel doit vous aider et non vous desservir.

On voit trop souvent des orateurs qui lisent ce qu’il y a écrit sur leurs diapos. Rien de tel pour foirer un exposé. Vos auditeurs savent lire eux aussi.


Alors ne leur faites pas injure. Ne lisez jamais vos visuels.



Autres articles :

CV : la bonne présentation
La charte graphique
Mise en page des images dans un mémoire avec Word
La relecture

 

La réforme de l'orthographe vue par Pierre Perret

23 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

Je laisse la parole à un de nos poètes contemporains :

Tous les cent ans les néographes
Font une réforme de l'orthographe
En rognant les tentacules
Des gardiens de nos virgules
On voit alors nos gens de lettres
Chacun proteste à sa fenêtre
Mes consonnes, au nom du ciel !
Touche pas à mes voyelles !

La réforme de l'orthographe
M'eût pourtant évité des baffes
Quand je tombais dans le panneau
De charrette et de chariot

Le Roi pourtant fut bien le Roué
Le François devint le Français
Et Molière mit aussi
Un y à mercy
Le véritable sacrilège
Serait de suivre ce cortège
De vieilles lunes alambiquées
Éprises de compliqué

La réforme de l'orthographe
M'eût pourtant évité des baffes
Quand du tréfonds de ma détresse
J'oubliais toujours l's

Croquemonsieur et tirebouchon
N'ont plus besoin d'un trait d'union
Croquemadame et tapecul
N'en auront plus non plus
Contremaîtresse et contrefoutre
Eux-mêmes ne pourront passer outre
Entrecuisse et entrechat
N'ont pas non plus le choix

La réforme de l'orthographe
M'eût pourtant évité des baffes
C'est les cuisseaux et les levrauts
Qui me rendent marteau

Faudra aussi laisser quimper
Dans nos chères onomatopées
Ce trait unissant froufrou
Yoyo pingpong troutrou
On pourra souder nos bluejeans
Nos ossobucos nos pipelines
Vademecum exvoto
Feront partie du lot

La réforme de l'orthographe
M'eût pourtant évité des baffes
Mettre un t au bout de l'appât
Que n'avais-je fait là !

Et quand malgré nos vieux réflexes
On posera plus nos circonflexes
Sur maîtresse et enchaîné
On fera un drôle de nez
Mais les générations prochaines
Qui mettront plus d'accent à chaînes
Jugeront que leurs aînés
Les ont longtemps traînées

La réforme de l'orthographe
Contrarie les paléographes
Depuis qu'un l vient d'être ôté
A imbécillité

Paroles musikiwi.com


Autres articles :

La réforme de l’orthographe : en avez-vous entendu parler ?
Les néologismes : rurbain et bravitude
La relecture
Quand, quant, qu’en

La réforme de l’orthographe : en avez-vous entendu parler ?

20 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

En 1990, l’Académie Française approuvait un certain nombre de modifications de l’orthographe.
Le problème c’est que près de 20 ans plus tard, à part les spécialistes de la question, peu de gens en ont réellement entendu parler.


Dans les débats de l’époque, les partisans du statu quo trouvaient qu’il était dommage de perdre un héritage historique et craignaient un glissement vers une transcription phonétique de l’oral, style langage SMS.


Les partisans de la nouvelle orthographe argumentaient qu’il ne s’agissait là que de l’harmonisation de séries disparates ou la rectification d’anomalies (charriot au lieu de chariot, imbécilité au lieu d’imbécillité, etc.).

D’autre part, selon eux, les difficultés et exceptions innombrables sont un frein à la maîtrise de la langue par les francophones comme par les étrangers.

Certes.


Mais, une institutrice de ma fille m’expliquait qu’elle était issue d’un milieu modeste et d’une famille où on ne parlait pas français et que l’école le lui avait appris au point qu’elle en avait, à l’âge adulte, une totale maîtrise.
Aujourd’hui, on nous explique que si de jeunes Français ont des difficultés à maîtriser leur langue maternelle, c’est parce qu’ils vivent dans certains quartiers ou que leurs ascendants n’étaient pas français.


Ceci étant, il est vrai qu’entre la langue de François Villon et la nôtre, l’orthographe a beaucoup évolué… même si nous pouvons encore lire, avec quelques efforts il est vrai, Villon dans le texte alors que nos voisins allemands ont les plus grandes difficultés pour lire des textes de la même époque, la langue et l’écriture ayant changé.


Après 1990, le sujet est un peu tombé dans l’oubli.

Cependant, vous trouverez certains correcteurs orthographiques et des dictionnaires incluent ces rectifications orthographiques. La dernière édition de la célèbre grammaire de Grevisse, Le bon usage, a intégré l’ensemble des recommandations de 1990.

D’autre part, en 2007, les programmes de l’Éducation Nationale pour le Cycle 3 s’inscrivent dans le cadre de l’orthographe rectifiée.


Mais aujourd'hui si un étudiant rédigeait son mémoire ou sa thèse, un demandeur d’emploi son CV, un cadre le compte rendu de la dernière réunion, en utilisant la nouvelle orthographe, il y a fort à parier qu’un lecteur ignorant de l’existence de cette réforme, le taxerait aussitôt d’" inculte ".


D’autre part, ces recommandations ne concernent pas l’orthographe grammaticale et les règles d’accord des participes passés ne sont pas toujours d’une simplicité biblique !


Enfin, d’expérience, ce qui rebute le plus les étrangers – et beaucoup de Français – dans la langue écrite, c’est qu’elle peut être notablement différente de celle qui est parlée. Sans aller chercher des expressions comme " pour servir et valoir ce que de droit " chère aux juristes, le simple " veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées " a de quoi déconcerter, car personne aujourd’hui ne parle plus comme ça.


Alors, réformer ou pas ?



Merci à Maguy pour son article qui a inspiré le mien.

Autres articles :

La rédaction d'un compte rendu
Rédiger pour être lu
CV : la bonne présentation
Langage SMS ou Internet : lol

Pour en savoir plus : link

Bibliographie : op. cit.

19 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Bibliographie

Abréviation qui permet de condenser la mention du titre d’un livre et de ses références lorsqu’il a déjà été cité dans une note antérieure. Op. cit. est utilisé pour les monographies, les œuvres, les parties d’œuvres, les entrées encyclopédiques et les articles du dictionnaire.


Greg, Achille Talon et la traversée du disert, Dargaud Éditeur, 1982, p. 31.

Fauche, Leturgie, Luguy, Percevan. Les Seigneurs de l’Enfer, Dargaud Éditeur, 1992, p. 11.

Greg, op. cit., p.35.


S’il n’y a qu’un ouvrage de Greg dans le texte.


Ou


Greg, Achille Talon et la traversée du disert, op. cit., p. 31.


S’il y a plus d’un ouvrage de Greg dans le texte (ce qui est plutôt une bonne chose… enfin, à mon avis.)

Evidemment op. cit., comme id. ou ibid., se compose en italique.


Autres articles :

Bibliographie : Id.
Bibliographie : ibid.
Abréviations dans une bibliographie
La bibliographie

ISBN

18 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Lexique

Acronyme qui sinifie International Standard Book Number.

Il s'agit d'une numérotation internationale normalisée réservée aux livres du type :

P-EEEEEE-NN-C

Les livres publiés en France ont un numéro commençant par 2.
Soit dans notre exemple, P = 2

EEEEEE correspond au numéro de l’éditeur

NN est le numéro d’ordre de publication

C est une clé de contrôle.

Connaître l’ISBN d’un livre, c’est pouvoir l’identifier à coup sûr !


Autres articles :

Antonomase
Achevé d’imprimer
Et cetera, etc.
La bibliographie

Clavier anglophone ou francophone, AZERTY ou QWERTY

13 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Typographie

Selon les pays, les claviers ne sont pas configurés de la même façon, pour des raisons historiques.

Le passage d’un type à l’autre est très dérangeant parce que les réflexes de frappe ne sont alors plus les bons.

Il y a deux grands types de clavier qu’on appelle par les 6 premières lettres à gauche : AZERTY ou QWERTY.

En France, on utilise le clavier AZERTY.

En Allemagne, au Canada et dans les pays anglo-saxons, on utilise le clavier QWERTY.

Attention : pour les claviers QWERTY, il existe de subtiles différences entre le clavier " anglophone " et le clavier " français traditionnel " autrement dit le clavier version canadienne française.

Le passage de l’un à l’autre peut avoir lieu de façon intempestive.

Pour Windows, la procédure pour changer de clavier (ou tout remettre en place) est : Panneau de configuration / Options linguistiques et régionales / Langues / Détails / Clavier.

Pour vous simplifier les choses voici la table des correspondances avec en bleu le clavier français, en rouge le clavier français traditionnel et en noir le clavier anglais.


Ligne du haut

² & é " ’ ( - è _ ç à ) =

° 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 - =

` 1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 - =


2e ligne

a z e r t y u i o p ^ $

q w e r t y u i o p ^ ç

q w e r t y u i o p [ ]


3e ligne

q s d f g h j k l m ù *

a s d f g h j k l ; è à

a s d f g h j k l ; ’ \


Ligne du bas

< w x c v b n , ; : !

ù z x c v b n m , . é

\ z x c v b n m , . /


Et en majuscules :
Ligne du haut

  1 2 3 4 5 6 7 8 9 0 ° +

° ! " # $ % ? & * ( ) _ +

~ ! @ # $ % ^ & * ( ) _ +


2e ligne

A Z E R T Y U I O P ¨ £

Q W E R T Y U I O P ^ Ç

Q W E R T Y U I O P { }


3e ligne

Q S D F G H J K L M % µ

A S D F G H J K L : È À

A S D F G H J K L : " |


Ligne du bas

> W X C V B N ? . / §

Ù Z X C V B N M ’ . É

| Z X C V B N M < > ?

 

Les fidèles lecteurs de ce blog sauront comment j'ai fait pour aligner les caractères de cette table alors que la chasse varie d'un caractère à l'autre... (solution : La chasse d'une police de caractères ). 


Autres articles :

La police de caractères
Signes de ponctuation
Pour les nombres, la virgule ou le point ?
Langage SMS ou Internet : lol

Passer à la page suivante

12 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Présentation du texte

Au-delà du problème des veuves et des orphelines, il n’est parfois pas souhaitable qu’un paragraphe soit séparé du paragraphe suivant.
Par exemple, un titre ne doit pas être isolé tout seul, abandonné en pied de page. Il faut donc qu’il aille rejoindre le texte en seconde page.

Dans ce cas, la tentation est grande de mettre quelques retours supplémentaires.
C’est prendre un gros risque !
Si d’aventure quelque chose était modifié dans les pages précédentes, votre groupe de retours pourrait se retrouver en milieu de page.


 Une seule solution : déclarer que ces deux paragraphes sont solidaires c'est-à-dire qu’ils doivent se trouver dans la même page.


Sur Word, quand l’option d’affichage est activée, on voit apparaître un petit point à gauche des paragraphes solidaires.


Attention, la " solidarité " est comme les autres caractéristiques de format de paragraphe, elle se transmet au paragraphe suivant. Si vous ne faites pas attention, vous pourrez finir par avoir toute une suite de paragraphes solidaires… ce qui risque de vous donner des mises en pages burlesques.


Il faut donc l’appliquer au coup par coup, à la relecture, sur les paragraphes susceptibles de se " casser " et non pas systématiquement.


Enfin, il y a des cas où vous voulez que votre texte se place sur une nouvelle page. Il faut alors insérer un saut de page (ou un saut de colonne si votre texte est en colonnes et que vous voulez qu’il aille en tête de la colonne d’après).


Autres articles :

Lignes veuves et orphelines
CV : la bonne présentation
Mise en page des images dans un mémoire avec Word
L'indentation des paragraphes

Lignes veuves et orphelines

11 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Présentation du texte

Dans un texte, le passage à la page suivante se fait automatiquement au fur et à mesure de l’avancée de la frappe.
Malheureusement, le hasard fait parfois mal les choses et on peut se retrouver avec :

  • une seule ligne sur la première page et la suite du paragraphe sur la seconde ;
  • tout le paragraphe sur la première page sauf une ligne qui se retrouve sur la seconde.

On appelle cela des lignes veuves ou orphelines. Ne m’en demandez pas plus, le terme est assez récent et la littérature sur le sujet très contradictoire. Aussi, les deux termes sont parfois inversés.


Les logiciels de traitement de texte ont une option, dans la définition des formats des paragraphes qui permet d’éviter les lignes veuves et orphelines (Word : format /paragraphe / enchaînements / éviter veuves et orphelines).


Autres articles :

Passer à la page suivante
CV : la bonne présentation
L'indentation des paragraphes
Index : règles générales de présentation
Mise en page des images dans un mémoire avec Word

CV : la bonne présentation

9 Février 2009 , Rédigé par Cath Publié dans #Recherche d'emploi

Je n’aborderai pas la rédaction d’un CV, je vous parlerai uniquement de sa mise en page.


Même si vos expériences professionnelles sont époustouflantes et vos compétences inégalables, votre recruteur ne pourra s’en apercevoir que s’il lit réellement votre CV.


Or, contrairement au CV sur Internet, le CV papier se heurte à une dure réalité : une feuille, c’est 21 x 29,7 cm.


Et on vous dit qu’il faut développer vos expériences, mettre en avant vos acquis etc.

Certes.


Mais en ces temps de précarité de l’emploi, de CDD et autres contrats, je vois tous les jours des gens, pas forcément octogénaires, qui alignent 10 ou 15 employeurs, parfois plus.


Le dilemme cornélien est donc soit de tous les citer, soit de regrouper ou de privilégier certaines expériences.


Si on cite toutes ses expériences, on sera contraint de le faire sous forme télégraphique ce qui risque de vider le CV de sa substantifique moelle pour le ravaler au rang d’un catalogue de dates et de lieux.


Si on détaille chaque expérience, on risque de ne plus rentrer dans la sacro-sainte page.

Il est donc souvent vital d’arriver à faire rentrer le maximum de choses, dans le minimum de place sans ressembler pour autant aux " Conditions générales " qui sont imprimées en gris et en tout petit à la fin de votre contrat d’assurance.


La quadrature du cercle !


Pour que vous puissiez trouver le meilleur compromis, quelques grands principes :

  • Ce qui compte, c’est le nombre de lignes, pas le nombre de mots ! Un mot de plus, au mauvais endroit, peut faire une ligne de plus et donc prendre beaucoup de place. Par contre, il ne sert à rien de raccourcir les " petites lignes ", cela ne rendra pas le CV plus court. Profitez donc de ces petites lignes pour vous exprimer plus largement… sans bien entendu que cela jure par rapport aux autres.

Pour les caractères

  • Éviter de descendre en dessous d’un corps 11.
  • Utiliser une police qui chasse peu.
  • Réserver les gras et autres polices décoratives aux titres qui de toutes façons ne dépasseront pas la ligne. Cela structure la page sans coûter de place.
  • Les " petites majuscules " sont intéressantes car elles permettent de bien mettre en relief quelque chose en prenant peu de place.

Pour les paragraphes

  • Utiliser un interligne simple.
  • Si vous voulez un espace plus grand, ne pas utiliser deux fois un retour normal mais n’en mettre qu’un et mettre un espace après (sous Word : Format / Paragraphe / espace après. Ainsi, vous pouvez faire tous les intermédiaires que vous voulez entre une ligne et deux lignes. Word vous propose des multiples de 6 points. Mais vous pouvez jouer dessus pour ajuster. Par exemple, si vous passez de 6 points d’espace après chaque titre à 3 points d’espace après, vous pouvez gagner largement une ligne sur le CV.
  • D’expérience, en dessous de 3 points, l’effet de séparation entre les deux paragraphes devient peu net.
  • On peut aussi jouer très prudemment sur l’interligne. A choisir, il vaut mieux un peu tasser le texte à l’intérieur de chaque paragraphe et bien marquer la séparation des paragraphes car cela donne une impression plus structurée.

Pour la page

  • Jouer sur les marges en haut et en bas qui peuvent être considérablement réduites sans inconvénients. Si vraiment vous êtes en manque de place, il vaut mieux mettre votre nom et vous coordonnées en haut et à gauche : vous pourrez alors les faire monter très haut, façon en-tête de papier à lettres et la zone blanche restée libre sur la partie droite limitera l’impression de " tassé ".
  • Jouer sur les marges gauche et droite se voit davantage. On peut le faire si cela permet de gagner une ligne (ou plusieurs), sinon, il faut les laisser pour donner une impression plus aérée.
  • A choisir, mieux vaut diminuer drastiquement la marge droite pour conserver la gauche. D’autant plus qu’en graphologie, la gauche c’est le passé et la droite c’est l’élan vers l’avenir, alors à moins d’un emploi d’historien…
  • Évidemment, pour les langues, les activités de loisir ou la rubrique divers, les mettre le plus possible en ligne, sans que cela nuise à la clarté de votre propos. On peut aussi les présenter en deux colonnes.

Pour cet article, je me suis basée sur les difficultés que j’observe le plus souvent. N’hésitez pas à me laisser des commentaires, si vous avez d’autres types de problèmes, j’y répondrais avec le plus grand plaisir.


Autres articles :

Message et style
La police de caractères
La chasse d'une police de caractères
Les énumérations