Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Clavier et style par Alpha et Oméga Nantes

Le trombone (poème de Charlie les mots)

27 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Humour

Je ne suis qu'un trombone, voyez-vous messieurs dames,
Je ne paye pas de mine mais j'en fais pas un drame.
J'habite dans une boite avec tous mes copains,
On est tout emmêlés, c'est sûr qu'on se marre bien !

Mais n'allez pas y voir, connotation salace,
Dans une boite de trombones, y'a rien de dégueulasse.
Nous on aime attacher, c'est not'job, not'boulot,
Des tas de bouts d'papier où parfois y'a vos mots.

Pour que rien ne se perde, on accroche, on relie,
Le tout dans le respect de ce qu'on nous confie,
On ne blesse pas les feuilles en leur faisant des trous,
Nous on sait réunir dans le lien le plus doux.

Je ne suis qu’un trombone, rien de bien folichon,
En matière métallique ou plastique, c’est selon.
J’ai un rêve voyez-vous, un vœu que je formule,
C’est d’habiter une boite qui a des ventricules.

Relier du papier, j’fais ça depuis toujours,
Mais un jour j’aimerai réunir de l’amour.
Attacher l’émotion là où c’est bien vivant,
Parce qu’il me semble bien, que c’est ça l’important.

Alors faites de vos cœurs de belles boites à trombones,
Soyez dans l’émotion avec l’autre synchrone,
Et utilisez-nous pour ne pas que s’envolent,
Les feuillets sentiments qui attendent la parole.

Dans une de vos poches laissez un de mes frères,
Un trombone témoin qui ne gênera guère,
Mais qui à chaque fois que vous le toucherez,
Vous sera la mémoire de ce rêve que je fais....

 

Merci à Charlie à qui j'ai emprunté ce somptueux poème !

 

Autres articles :

Jeux de mots, mots d’esprit 

La réforme de l'orthographe vue par Pierre Perret

Pour détendre l’atmosphère…

Un peu de poésie grammaticale

Chanson et poésie

 

Le Wi-Fi n’aime pas la pluie !

24 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Informatique

Le Wi-Fi est un système de réseau sans fil souvent utilisé entre les différents éléments de votre installation informatique : clavier, écran, box…

 

Il utilise la gamme de fréquence de 2,4 Ghz qui est également celle des fours à micro-ondes.

 

Or, un four à micro-ondes marche parce que l’onde émise est absorbée par les molécules d’eau des aliments, qu’elle est excitée et que leur agitation permet de réchauffer ou de cuire les aliments.

 

Cette invention a d’ailleurs été faite par hasard en observant qu’une tasse de café placée à côté d’équipements radar devenait chaude.

 

De même, tout obstacle situé sur une liaison Wi-Fi et contenant de l’eau absorbera une partie de sa puissance et donc provoquera l’atténuation du signal. C’est vrai pour un aquarium, une plante comme pour une personne.

 

Corollaire de ce qui précède, si vous avez une liaison Wi-Fi entre deux bâtiments ou sur une université, selon votre distance au point d’accès, sa qualité dépendra en partie des conditions météorologiques. Une forte humidité pénalisera déjà la connexion tandis qu’une pluie soutenue peut entraîner une atténuation allant jusqu’à 50 %.

 

Autres articles :

Présentation d'Alpha et Oméga 

Recherche caractères désespérément : effets pervers du mode refrappe 

Utilisation de la fonction de correction automatique dans Word 

Comment marche un pavé tactile ? 

Dans le ventre du monstre… pardon, de votre ordinateur…  

Un livre sans faute est une chimère !

20 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

Depuis que les jardiniers du Paradis, Adam et Eve, ont été licenciés pour faute professionnelle, la malédiction des hommes est d’avoir sans cesse à rechercher la perfection sans jamais parvenir à l’atteindre.

 

Allez donc lutter contre cette malédiction divine qui a décrété une fois pour toutes qu’infaillible ne serait pas humain !

 

Les couturières ont leur moineau, les informaticiens leur bug et les éditeurs leur coquille.

 

Rien à voir avec celle de Saint-Jacques. Les secrétaires, imprimeurs et autres typographes ne peuvent donc obtenir la rémission de leurs péchés orthographiques par un quelconque pèlerinage.

 

Selon Boris Vian : Retirez le Q de la coquille, vous avez la couille… et cela constitue précisément une coquille ! Car, après tout, qu’est-ce qu’un Q ? Un O rayé !

 

Si vous ajoutez à cela que dans certaines circonstances la première protège la seconde, le péché est donc patent et on se demande toujours comment on a bien pu laisser passer ça !!

 

Certaines coquilles ont des résultats inattendus, amusants comme cette légende d’une photo d’une course cycliste : Le vainqueur et ses survivants immédiats ont été fleuris à leur descente de vélo… un vrai vélodrame en quelque sorte !

 

Mais les coquilles peuvent avoir des résultats moins heureux.

 

Ainsi en 1938, un typographe allemand écopa de 7 mois de prison pour avoir remplacé Heil Hitler ! en fin de discours par Heilt Hitler ! (c'est-à-dire Guérissez Hitler).

 

Il arrive pourtant qu’une coquille bien placée confère à l’édition d’un livre une notoriété inattendue. C’est ainsi qu’une Bible, imprimée en Angleterre en 1717 est désignée par les collectionneurs sous le nom de Bible vinaigre. En effet, dans l’Evangile selon Saint Luc, le chapitre XX est intitulé Parabole du vinaigre (vinegar) au lieu de Parabole de la vigne (vineyard). Ces éditions fautives sont recherchées avec passion par les bibliophiles. Comme le dit Pons de Verdun :

 

C’est elle ! Dieu que je suis aise !

Oui, c’est la bonne édition !

Voilà bien, pages douze et seize

Les deux fautes d’impression

Qui ne sont pas dans la mauvaise !

 

Parfois, il en est d’un livre comme d’une femme, recherché non pour sa perfection mais pour quelque léger défaut qui la rend unique et incomparable.

 

Enfin, c’est ce qu’on se dit pour se consoler…

 

Autres articles :

Etre dans l’œil du cyclone : usage courant ou réalité météorologique 

FAQ or not FAQ : that is the question 

Merci, merci, merci… ! 

Sigles 

La réforme de l’orthographe : en avez-vous entendu parler ?  

Aide à la présentation de vos textes

Il est temps de se mettre au vert… !

17 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Le mot du jour

  • Anglais : vert équilibré et assez soutenu
  • Anis : vert jaune lumineux
  • Bouteille : vert sombre
  • Bronze : vert foncé contenant pas mal de jaune
  • Caca d’oie (ou merde d’oie ou merdoie) : vert tirant sur le jaune
  • Céladon : vert pâle que l’on pourrait comparer à la couleur d’une feuille de saule
  • Emeraude : vert profond de la pierre précieuse du même nom
  • Gazon : vert primaire, franc, lumineux
  • Glauque : vert de la mer entre le bleu et le vert. Aujourd’hui utilisé seulement au sens péjoratif
  • Jade : vert pâle de la couleur de la pierre du même nom
  • Mousse : vert assez soutenu
  • Olive : vert foncé tirant légèrement sur le bleu
  • Pistache : couleur du fruit
  • Pomme : vert très vif couleur de la Grany Smith
  • Sapin : vert foncé
  • Smaragdin : vert émeraude
  • Tilleul : vert assez soutenu avec une forte composante jaune
  • Verdet : nom du vert-de-gris artificiel (acétate basique de cuivre) utilisé en teinture
  • Vert-de-gris : couleur gris verte prise par le cuivre oxydé

 

Autres articles :

Présentation d'Alpha et Oméga 

Attention, virelangues dangereux : les exercices de diction 

Les mots des jaunes et des bruns 

Ces petits rien qui font des bleus au cœur… les mots des bleus 

Les rouges du passé  

Truc mnémotechnique : Détonner ou détoner

13 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

  • Détonner : S’écarter du ton en musique. Au sens figuré, produire un contraste désagréable.
  • Détoner : être le siège d’une détonation qui est un bruit violent, fort produit par une explosion ou qui évoque celle-ci ;

Procédé mnémotechnique :

Il faut juste se rappeler qu’une explosion qu’elle soit de gaz ou de colère, est beaucoup plus brusque qu’une musique qui peut durer toute la soirée. Et je ne vous parle par de la faute de goût, de la cravate qui ne va pas du tout avec la chemise, car là, il y a fort à parier que vous la supporterez des mois durant…

 

Alors pour le nombre de n, c’est pareil.

  • On en met un lorsque tout explose ;
  • On en met deux lorsqu’on n’est tout simplement pas dans le ton.

 

Autres articles :

La cigale et la fourmi vues par un journaliste

Une figure de style : le zeugme ou zeugma

Ainsi fond, fonds, fonts…

Jeux de mots, mots d’esprit

Apprendre le clavier

Aide à la présentation de vos textes

Les mots des jaunes et des bruns

10 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Le mot du jour

  • Amaril : couleur de la fièvre… jaune
  • Ambre : jaune assez soutenu et profond
  • Beige : couleur terne entre jaune et marron
  • Chrysolithe : jaune verdâtre
  • Citron : jaune vif et lumineux
  • Coquille d’œuf : beige très pâle
  • Flavescent : jaune doré
  • Isabelle : couleur allant du jaune fauve au café au lait. (remarque pour les chevaux, la robe est dite isabelle seulement si la crinière et la queue sont noires).
  • Jonquille : couleur blanche et jaune
  • Kaki : brun jaunâtre
  • Moutarde : jaune brun
  • Nankin : jaune chamois (du nom d’une ville de Chine).
  • Or : jaune d’or. C’est un jaune légèrement orangé et très lumineux.
  • Paille : jaune clair et lumineux
  • Quercitron : du nom d’une espèce de chêne (Quercus) dont l’écorce servait à teindre en jaune… citron.
  • Vanille : beige jaune très pale

 

  • Acajou : brun rouge
  • Café au lait : marron contenant beaucoup de jaune
  • Caramel : couleur peu soutenue évoquant celle du caramel
  • Châtain : couleur de la châtaigne ou du marron. Brun franc
  • Chocolat : nettement plus foncé et souvent plus chaud que le châtain
  • Marron glacé : brun soutenu et froid
  • Ocre : couleur de la terre. Les nuances varient énormément depuis l’ocre jaune jusqu’à l’ocre rouge en fonction de la provenance et des traitements subis.
  • Terre de sienne : marron foncé.

 

Autres articles :

Ces petits rien qui font des bleus au cœur… les mots des bleus 

Les rouges du passé 

Lettre professionnelle : comment argumenter et convaincre ? 

Qu’est-ce qu’un modem en informatique ? 

Les dames ont dévoilé leurs appas  

Truc mnémotechnique : différent ou différend

6 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

Avec un t lorsqu’on parle d’une différence.

Avec un d lorsqu’on parle d’une opposition.

 

Procédé mnémotechnique :

  • Si la première lettre est un d et que la dernière est un t, elles sont différentes.
  • Si les deux sont un d, alors c’est une divergence d’opinion.

 

D’ailleurs nous avons eu des différends très différents.

 

Autres articles :

Le maillon faible au pays des mots 

Le signe générique de devise : un fantôme ! 

Une bonne nouvelle pour tous les amoureux de langue 

Un homme peut inventer un remède de bonne femme 

C’est de la mer que nous vient la panne sèche  

Accord du verbe après un adverbe de quantité

3 Novembre 2010 , Rédigé par Cath Publié dans #Grammaire et orthographe

Après un adverbe de quantité, le verbe se met toujours au pluriel, sauf si le mot qui suit est au singulier. En cas de doute, changez le temps.

Par exemple :

  • Peu arrivent à l’heure ! (Peu arriveront à l’heure !)
  • Beaucoup de gens rêvent d’aller sur Mars. (Beaucoup de gens rêveront d’aller sur Mars.)
  • Si on bouchait ce chemin, trop de monde passerait par la route. (Si on bouche ce chemin, trop de monde devra passer par la route.)

En ce qui concerne les sujets l’un et l’autre, ni l’un ni l’autre et tel ou tel, on fait ce qu’on veut :

  • L’un et l’autre a cru à ses propos. (L’un et l’autre ont cru à ses propos.)

Les sujets l’un ou l’autre commandent le singulier.

  • L’une ou l’autre de ces personnes le croit. (L’une ou l’autre de ces personnes le croira.)

Le verbe impersonnel est toujours au singulier.

  • Il passe de nombreux trains.

De façon un peu illogique, moins de deux commande le pluriel.

  • Moins de deux minutes lui suffisaient pour agir.

Plus d’un commande le singulier.

  • Plus d’un marin souhaite revoir le port.

La plupart, au sens du plus grand nombre est suivi d’un pluriel. Mais c’est un grand timide, si un nom le suit, il se range toujours à son avis. Ainsi, il commande le pluriel s’il est suivi d’un nom au pluriel.

  • La plupart écrivent ce nom ainsi.
  • La plupart des gens souhaitent vivre en démocratie.

Par contre, s’il est suivi d’un nom au singulier, c’est lui qui l’emporte.

  • La plupart du temps se passe en palabres.

Une des fautes d’accord les plus fréquentes se produit lors d’une inversion du sujet. Encore une fois, le fait de changer le temps vous sauvera.

  • Il a eu la réaction qu’imposent les circonstances. (Il aura la réaction qu’imposeront les circonstances.)

Autres articles :

Etre bon en orthographe : avant tout une question de mémoire 

La démonstration est comme la brebis : prégnante 

Accord des participes avec les adverbes de quantité 

Le participe passé employé avec l’auxiliaire être 

Billet d’humeur : sigles, franglais et compréhension entre les hommes